Pourquoi le cheval au naturel?

Pension chevaux retraite et pré-retraite

Pourquoi le cheval au naturel ?

Par définition, le cheval a un comportement naturel. Dans la suite de l’article « Mon histoire Équestre », je souhaitais vous faire part de mon engagement envers le monde animal, végétal… En gros, du respect de la Nature. Sultan m’a conduite à une « Équitation » naturelle mais cela s’est accompagné d’un chemin transverse qui a alimenté ma quête et a donné encore plus de sens.Cheval au naturel

Si je vous raconte tout cela, c’est pour que preniez acte de mon engagement dans ce que je fais et que le cheval qui me sera confié demain sera entre les mains de quelqu’un qui réfléchis et qui donne du sens à ce qu’il fait.

Tout a commencé, donc, il y a 8 ans en arrière. Avec mon conjoint, nous faisons beaucoup de randonnées ; et du trek en l’occurrence. Nous sommes partis, il y a 8 ans, en Thaïlande… Voyage initiatique.

Nous avons vu à quel point nous vivons dans un monde, en Occident, surfait, consumériste, vénal.

Nous avons vécu pendant 10 jours dans le Nord de la Thaïlande avec des Thaïlandais qui vivent avec trois fois rien : 4 € par jour de salaire ! Un de nos guides, Bounty, a construit lui-même sa maison en bois de teck, cela lui a pris 5 ans, il allait lui-même chercher le bois dans la forêt et le ramenait à dos d’homme. Et comble du comble pour nous occidentaux, ils sont HEUREUX !

Nous avons pris une claque de bon sens, de vie ; nous avons pris conscience de la chance que nous avions de vivre dans nos pays civilisés… Chance ?! Non, c’est un autre débat…

En revenant, nous avons commencés à changer. Nous ne voyions plus le monde tel qu’on voulait nous le montrer. Nous avons ouvert les yeux sur notre environnement et sur la nature. De base, nous étions quand même attachés à Gaia car nous habitons loin de la ville, au pied d’une montagne : c’est un choix.

En regardant mieux ce que la Terre avait à nous offrir, nous avons commencé à Économiser l’eau, faire attention aux déchets… Et nous avons continué à voyager : la Norvège, l’Islande, Madère et l’Autriche. Tous ces pays sont encore préservés de la pollution, des déchets que l’Homme laisse derrière lui.

Lorsque nous avons eu notre fille, nous avons décidé de la faire suivre par un médecin homéopathe, histoire de ne pas la polluer avec des médicaments synthétiques et nocifs.

Et puis, nous avons commencés à faire nos propres produits de beauté (crèmes, baume à lèvres, dentifrice, gel douche, savon, shampoing), d’entretien (lessive, produit nettoyant). Nous nous servons d’huiles essentielles, de fleurs de Bach, d’hydrolats bio…

Nous avons un potager, nous faisons notre propre yaourts et fromages blancs, nos confitures… Que des bonnes choses !

En parallèle de tout ça, je suis également tombée sur un livre : Zéro déchet de Béa Johnson, une française vivant à San Francisco et qui jette l’Équivalent d’un kilo par an… oui par an ! Ou comment réduire ses déchets pour préserver la planète. Nous n’en sommes pas à ce que Béa Johnson a réussi à aire mais nous avons considérablement baissé nos déchets, nous achetons en vrac, au marché avec notre panier en osier. De petits gestes quotidiens qui baissent de façon importante notre empreinte sur Gaia.

Toutes ces réflexions m’ont évidemment amené sur comment appliquer tout cela sur Sultan, mon cheval, et Swan notre chienne.

Pour Swan, c’est de l’huile essentielle de cadre de l’Atlas sur le corps avec un gant pour la protéger des puces et tiques, c’est de l’ail dans sa ration pour purifier son organisme des parasites, ce sont des croquettes bio.

Pour Sultan, c’est du gel anti mouches plates et moustiques, c’est du vinaigre de cidre pour ses pieds, c’est un vermifuge bio de chez OHM Bio Alternatives du Dr ANCELET Éric, c’est un licol Éthologique avec rênes pour ne plus lui mettre de mors dans la bouche, c’est un ostéopathe…

Ils ne sont jamais malades !

Grâce à tout cela, nous avons non seulement complétement changés mais nous avons fait des Économies, car cela ne coute pas plus cher, bien au contraire !

Aujourd’hui, si nous nous dirigeons sur un mode de logement qui répond aux besoins physiologiques et comportementaux du cheval, c’est parce que c’est le respect profond de la nature qui nous anime.

La nature et tout ce qui l’entoure, les animaux bien sûr, mais aussi les plantes et tous les organismes vivants.

Sans eux, nous sommes voués à disparaitre. Alors, je sais, certains peuvent dire que c’est une goutte d’eau dans l’Océan de marasme que nous connaissons actuellement mais je suis profondément convaincue que si chacun met une pierre à l’Édifice du respect de la Nature, nous y arriverons.

Si vous avez des questions ou des interrogations sur comment nous avons fait pour réduire nos déchets ou des recettes de produits naturels, n’hésitez pas à me contacter sur Facebook :
https://www.facebook.com/Auparadisduvieuxsabot?ref=aymt_homepage_panel